top of page
  • Photo du rédacteurMareva Belkessam

Sonio, l’IA au service de la médecine fœtale soutenue par l’EIC

En France, les nouveau-nés présentant des anomalies congénitales sont de 3,4 pour 100 naissances (source : Santé Publique France). Dans les pays développés, c’est 1 naissance sur 33 qui est concernée. Les anomalies et malformations congénitales sont la principale source de maladies, mortalité infantile et handicap. Pourtant, dans la moitié des cas, ces anomalies ne sont pas détectées à la naissance. Un problème auquel Sonio tente d’apporter une solution.

Sonio, l’intelligence artificielle au service de la médecine fœtale

L’optimisation du dépistage des anomalies congénitales

Créée en 2020, Sonio développe un logiciel SaaS basé sur l’intelligence artificielle afin d’assister les professionnels de la médecine foetale dans la détection des anomalies lors de l’échographie.

« Les praticiens en charge du dépistage prénatal doivent suivre des lignes directrices précises. Même lorsqu’ils sont fatigués. Même lorsque c’est la 15ème échographie de la journée » – Sonio

Associant expertise médicale, innovation technologique et intelligence collective, la startup s’appuie sur tout type de données afin d’optimiser le dépistage des anomalies, mais également leur diagnostic. 

Cinq ans de développement, et deux produits commercialisés

Après 5 ans de R&D et de développement clinique à l’Institut PRAIRIE, à l’hôpital Necker et à l’Ecole Polytechnique, Sonio propose aujourd’hui 2 produits : Sonio Pro pour les échographies de suivi de grossesse de routine, et Sonio Diagnostics, réservé aux professionnels du diagnostic prénatal.

Utilisé par plus de 250 professionnels de santé, l’entreprise a également su tisser des partenariats clés, tel que celui avec Samsung France, l’un des principaux fabricants d’échographes pour la santé de la femme.

Des données de bonnes augures, qui ont convaincu les investisseurs d’un deuxième tour de table. 



Dix millions d’euros pour accélérer sa croissance

Après un premier tour de table de 5 millions d’euros réalisé en juin 2022 auprès d’investisseurs institutionnels – Elaia, OneRagtime et Bpifrance -, Sonio convainc aujourd’hui l’Europe. Le projet a suscité l’intérêt de l’EIC – accélérateur du Conseil européen de l’Innovation -, faisant partie des 78 sélectionnés parmi les 1092 projets déposés. 

« Recevoir un financement aussi important de l’un des accélérateurs les plus compétitifs au monde témoigne de l’innovation que Sonio apporte à la médecine fœtale » – Cécile Brosset Dubois, co-fondatrice et CEO de Sonio.

Sonio lève ainsi un total de 10 millions d’euros, subdivisé en 2,5 millions d’euros de subventions et 7,5 millions d’euros de prise de participation.

L’objectif ? Étendre l’accès aux soins et au dépistage

Cette levée de fonds doit permettre de financer le développement de nouvelles fonctionnalités sur la plateforme : génomique, reconnaissance d’images embarquée, … Mais les ambitions de Sonio vont plus loin : elle envisage de devenir une entreprise à mission. 

Déjà présente en Europe et en Inde, la startup prévoit d’accélérer sa croissance dans ces marchés, tout en attaquant un nouveau marché : les Etats-Unis. Mais l’internationalisation de l’entreprise passe également par la recherche de nouveaux partenariats, afin d’atteindre les pays où “l’accès aux soins de santé est rare”. 

Dagmar Nuber, Business Developper Manager de Sonio, spécifie :

« Ce financement d’EIC va nous permettre d’accélérer notre développement commercial aux USA et en Europe, grâce à une innovation plus rapide et un meilleur accès au marché. Nous pourrons également initier davantage de partenariats de distribution dans les pays où l’accès aux soins de santé est rare, nous aidant ainsi à remplir notre mission, qui est d’améliorer l’accès et la qualité des soins pour les femmes et les enfants ». 

L’EIC, accélérateur pour les startups deeptech européennes

L’accélérateur EIC – European Innovation Council accelerator – est un programme de soutien aux PME innovantes européennes, faisant partie du projet pilote du Conseil européen de l’innovation. 

L’objectif est de proposer un soutien financier aux technologies de rupture et aux concepts novateurs considérés “à haut risque”, afin de jouer de catalyseur pour attirer les investisseurs privés. 

Les entreprises soutenues par le programme ont pour but de disrupter le marché, stimuler la croissance économique et répondre aux enjeux actuels de l’Union européenne. 

Un soutien financier, mais pas que. 

Les startups lauréates de l’accélérateur peuvent prétendre à des subventions allant jusqu’à 2,5 millions d’euros, et de prises de participation jusqu’à 15 millions d’euros. Mais l’accélérateur met également à disposition des startups tout un réseau de mentors et experts européens pour les aider sur les sujets clés de leur croissance. Ces services d’accompagnement sont regroupés sous le label “Business Acceleration Services”.

Article rédigé par Maréva Belkessam, CMO Estimeo

Comments


bottom of page