top of page
  • Photo du rédacteurAdrien Fenech

Chronique d’Effectuation #13 : Poétique, Espoir Rock Dans Une Mode Punk

1967. Les Beatles sortaient l’emblématique Sergent Lonely Heart Club band. Johnny était l’idole des jeunes. Gainsbourg et Brigitte Bardot s’aimaient avec style. Ah, le rêve et la nostalgie de l’insouciance des yéyés… Mais voilà, le monde a bien changé. Ou plutôt, nous avons perdu la naïveté avec laquelle nous le regardions. Quand nous réécoutons les Beatles, nous pensons séparation et disparition. L’image de la gloire de Johnny est remplacée par une querelle sordide sur sa succession. Et si l’idylle éphémère et flamboyante de Gainsbourg et BB a gardé son charme, elle n’a pas empêché leur décadence. Le monde chantant du Livre de la Jungle est maintenant celui du réchauffement climatique, du renforcement des inégalités et des violences des communautarismes. Dans ce même désenchantement, la cause animale nous interdit de porter les mêmes oripeaux que les stars des années 1960. Un perfecto à la James Dean a beau vous donner un look du tonnerre, difficile de passer à côté de la souffrance nécessaire pour obtenir tout ce cuir, sauf pour Poétique Paris.

En deux mots. “Esthétique respectueuse” n’est pas un oxymore.

Notre sombre présent marquera-t-il la fin du blouson noir ? Pas s’il faut en croire Pauline Weinmann et Cattleya Malejac, les fondatrices de Poétique Paris. La startup se positionne comme la première maison de mode proposant une alternative végane au cuir. Leurs perfectos, pantalons, jupes et shorts sont faits à partir de cuir de céréales et de cuir de pomme. Créée en 2017, la start-up est victime de son succès.

Article Estimeo à retrouver en intégralité sur Forbes.

bottom of page