top of page
  • Photo du rédacteurAdrien Fenech

Chemins d’entrepreneur : Se séparer ou garder son idée?

Le cheminement pour lancer son projet est une véritable aventure qui procure de nombreuses émotions. Comment se décider à vendre son projet ? Choix difficile qui peut aller à l’encontre de l’ADN de la startup. Arbitrage entre argent et perte de liberté ; que faut-il faire ?

Pour cette conférence qui fait suite aux pitchs startups, une question se pose : quand faut-il vendre ? Comment concilier levées de fonds et pertes de parts dans la startup ? Pour répondre à ces questions, Damien Guermonprez de LemonWay et Yan Hascoet de Chauffeur Privé étaient présents.

Comment la vente est-elle vue par les entrepreneurs ?

Yan Hascoet revient tout d’abord sur le cheminement parcouru pour vendre Chauffeur Privé. Selon lui, il a été question de la taille de la startup, et de la technologie (notamment avec la concurrence des voitures automatiques). Sa vision de la vente a été bousculée par Daimler, qui leur propose d’acquérir les parts majoritaires de l’entreprise tout en laissant place à un accompagnement durant 24 mois. Yan nous rappelle qu’il était difficile de lever de nouveaux fonds car les investisseurs sont peureux du secteur des VTCs. De son côté, Damien Guermonnprez voit le rachat différemment.

En effet, des fonds et des banques les ont déjà approchés mais à chaque fois la même réponse de LemonWay : un refus. Pourquoi ? Damien nous explique que LemonWay repousse le moment venu de céder des parts tant qu’ils peuvent se débrouiller seuls. Si une banque souhaite racheter LemonWay dans son intégralité, alors de nombreuses questions se poseront, notamment celle de l’accompagnement. Toutefois, il est primordial selon Damien de prévoir la fin de vie de sa startup, de s’y préparer et de l’anticiper.

La question de la levée de fonds revient dans ces aventures startups, Yan revient sur ce point en insistant sur le fait de sentir le bon moment pour céder des parts. Une fois ce bon moment ressenti, d’autres questions surviennent comme le montant de la levée, et la perte de liberté que l’on est prêt à céder. Concernant la liberté, Damien rebondit, les questions d’argent reviennent sur la question fondamentale qu’est le degré de motivation du startuppeur et de son positionnement en tant que leader ou dans la rupture. En effet certains projets ne sont pas toujours conciliables avec les levées de fonds !

Vend-on plus tôt ou plus tard en France que dans les autres pays (notamment européens) ?

Pour Damien, en France, nous vendons relativement trop tôt car nous pensons que les opportunités manquent. Ce stéréotype a la peau dure, en effet la France est remplie d’opportunités (comme nous le démontre la session 1) notamment dans le secteur de la Fintech, l’un des plus importants en France. Damien rajoute que la vision du fondateur, son appétit pour le risque et sa situation personnelle restent des notions clés dans les décisions quant au futur de l’aventure.

Selon Yan, pour un entrepreneur il est plus facile de faire un pari sur une croissance à long terme. Ce qui est compliqué en Europe car les levées de fonds ne s’y prêtent pas contrairement aux Etats-Unis par exemple. Avec une croissance plus importante, le dirigeant de la startup pourra se permettre de prendre plus de risque lors de la vente. Ceci semble encore aujourd’hui difficile en France, des questions de fonctionnement sont donc à se poser.

Quelques conseils de fin…

Enfin, les deux intervenants nous font part de quelques conseils pour imposer des conditions lors d’une levée de fonds ou d’une vente. Tout d’abord, il est plus qu’important de décoder les intentions réelles de l’acquéreur ou de l’investisseur afin de savoir si le projet va être amélioré, internalisé ou encore fusionné avec un autre… Il est également important en cas de revente, comme l’a détaillé Yan, de faire appel à un avocat afin de se protéger. Enfin et toujours le même conseil : se fier à son intuition mais aussi à l’ADN du projet !

Vendre ou ne pas vendre telle est la question. Personne d’autre que vous n’est ici mieux placé pour y répondre. Fiez-vous à votre instinct tout en vous appuyant sur des faits plus cartésiens pour avoir toutes les cartes en main !

Retrouver la dernière partie des Chemin d’Entrepreneurs sur le compte Estimeo !

Adèle Pasquier, Business Development & Communication @Estimeo

bottom of page