top of page
  • Photo du rédacteurMareva Belkessam

32M€ pour Naïo Technologies, pionnier de la robotique agricole

Naïo Technologies : pour une agriculture plus durable

La startup toulousaine créée en 2011 développe, fabrique et commercialise des gammes de robots agricoles, 100 % électriques. Ces robots autonomes sont créés en étroite collaboration avec les parties prenantes : agriculteurs et viticulteurs. Une gamme de 4 robots est actuellement sur le marché : 

  1. Oz, le robot de désherbage pour les maraîchers et petites surface ;

  2. Dino, le robot de désherbage pour les exploitations légumières, succédé par Orio, enjambeur s’adressant à une plus large gamme

  3. Ted, le robot enjambeur pour désherber les vignes ;

  4. Jo, le chenillard autonome pour vigne étroites et pépinières

« Naïo Technologies est le premier constructeur à proposer une gamme de quatre robots » – Aymeric Barthes et Gaëtan Séverac, co-fondateurs de Naïo Technologies.

L’objectif de ces robots est de soutenir les agriculteurs et viticulteurs en s’attaquant à plusieurs problèmes du secteur. Tout d’abord, la pénurie de main d’œuvre, mais également l’allègement des contraintes physiques pesant sur les travailleurs. Enfin, les produits de la startup permettent également de réduire l’empreinte carbone du secteur en réduisant l’érosion et l’utilisation d’herbicides. Naïo Technologies a d’ailleurs obtenu sa certification B Corp. 


Une levée de fonds pour s’industrialiser et accélérer

Une Série C qui convainc plusieurs investisseurs.

L’entreprise n’en est pas à son premier tour de table. Elle a déjà levé 3 millions d’euros en 2015, 2 millions en 2017, 2,1 millions en 2018 et 14 millions fin 2019. 

Ce nouveau tour de table d’un montant de 32 millions d’euros a été mené auprès de  Mirova, Ecotechnologies, Capagro, Demeter, Pymwymic & Codema, M Capital et Aris, l’agence d’investissement d’Occitanie. 

Une levée rendue possible notamment par les très bons résultats et le développement de l’entreprise. En effet, son chiffre d’affaires a doublé en un an, avec 70 salariés œuvrant chaque jour, et 300 robots commercialisés en Europe et Amérique du Nord. Des ventes effectuées aussi bien auprès de nouveaux clients, que de clients historiques repassant commande. Preuve de la bonne santé de l’entreprise, et d’un besoin croissant auquel elle répond. 

Des objectifs de croissance et d’industrialisation

Naïo Technologies compte utiliser ces financements pour accélérer la commercialisation de ses robots et augmenter sa capacité de production. L’objectif est de doubler le nombre de robot en circulation en 2 ans, et atteindre les 1000 robots d’ici 2025. 

Avec un réseau de distribution déjà présent dans une vingtaine de pays et l’ouverture d’une filiale à Salinas, aux Etats-Unis, l’AgTech ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle cible de nouveaux marchés, notamment en Afrique du Sud, Asie et Australie. 

Un projet aligné avec les objectifs de France 2030

France 2030 est un plan d’investissement de 54 milliards d’euros déployés sur 5 ans, dans la lignée du plan France Relance, annoncé par le gouvernement en octobre 2021. L’objectif est de rattraper le retard de la France en termes d’industrialisation, tout en étant précurseur dans la décarbonation et la transition écologique des industries et de favoriser l’émergence des innovations. Cela passe notamment par la transformation des secteurs clés français grâce à l’innovation et à l’investissement. 

Naïo Technologie propose une solution s’alignant parfaitement avec les enjeux du plan France 2030. C’est pourquoi Ecotechnologies, investisseur historique, fonds géré pour le compte de l’Etat par Bpifrance, réinvestit lors de ce tour de table.

Un article rédigé par Maréva Belkessam, CMO Estimeo

#investissement #investisseur #levéedefonds #startup

bottom of page